mardi 18 octobre 2011

Contradictions et cons tout court

Un petit texte rapide sur un autre article que j'ai trouvé ce mois-ci sur le site du Guardian. Cet article faisait référence à Anna Arrowsmith en tant que pornographe "féministe". Je suis désolée, mais un-e pornographe féministe, ça n'existe pas. Reformulons cela : une féministe qui maltraite les femmes. Vous voyez ce que je veux dire ? Ca ne marche pas. C'est comme dire un croyant athée, ou un rond carré.

C'est une contradiction.

La pornographie naturalise la soumission des femmes - elle les traite comme moins qu'humaines, et comme réclamant à être traitées comme moins qu'humaines. Les hommes y sont des agresseurs  : ils prennent, baisent, dominent et éjaculent dessus ou dedans pour montrer qu'ils en sont propriétaires, comme un chat pisserait pour marquer son territoire. Les efforts féministes pour avancer vers l'égalité des sexes, pour que les hommes et les femmes soient traités humainement comme des êtres humains, vont à l'encontre de ces maltraitances.

Pornographe féministe ? C'est un truc de cons.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire