vendredi 27 mai 2011

Comedy Club Central

Je lisais une interview de Larry Flynt l'autre jour (The Independent, 27 mai 2011). L'homme qui clame avoir perdu sa virginité à l'âge de neuf ans en baisant un poulet (le laissant ensanglanté et criant - il l'a tué après). Il semble avoir passé le reste de sa vie à avoir à peu près la même attitude envers les femmes à travers son magasine, Hustler. C'est le magazine qui a dépeint une femme subissant un viol collectif sur une table de billard, qui a montré des rats sortant de vagins de femmes, qui a montré une femme rasée de force, violée puis tuée dans un camp de concentration. Pour n'en nommer qu'une petite partie. Critiqué pour l'incitation au viol collectif d'une femme sur un billard à New Bedford, Hustler a sorti des cartes postales montrant une autre femme subissant un viol collectif sur une table de billard avec l'inscription : "Meilleurs voeux de New Redford, Capitale du Viol Collectif en Amérique". La réaction de la victime du viol n'a pas été notée, mais ça a fait rire Flynt et semble avoir satisfait ses "lecteurs".

Ce type est devenu salement riche en publiant de la haine à l'encontre du corps des femmes et en encourageant les gens à en rire et à se branler dessus.

Comment de telles images ont-elle pu en venir à être légalement défendables comme de la "liberté d'expression" ? Depuis quand un vagin torturé est-il capable de parler ? Comment le viol et la torture, l'absence complète de libre arbitre et de choix, peuvent-ils être célébrés comme une liberté, une liberté pour laquelle on se bat ? Pourquoi les gens voudraient-ils se rallier à l'appel d'un tel homme et venir à son aide ?

Qu'est-il arrivé au droit des femmes à ne pas être violées, à ne pas être humiliées et couvertes de honte et torturées et utilisées pour divertir les autres ?

Voulons-nous vraiment encourager les gens à rire de ça, à être sexuellement excités par ça ? Ressentiriez-vous la même chose, pourriez-vous ressentir la même chose si votre fille, votre soeur était utilisée dans un de ces photoshoots ? Vous penseriez toujours que ce mec est un héros, un guerrier de la liberté d'expression, et pas juste un homme blanc trop gras qui se fait du fric et qui se fait jouir en dégradant les femmes, en vendant des femmes ? Et que dire de "Chester le Violeur", les cartoons qu'il a publié à propos des exploits d'un pédophile, jusqu'à ce que le mec qui les dessinait pour lui soit arrêté pour pédophilie ?

Est-ce que quelqu'un est encore en train de rire ?

La pornographie n'est pas dans une bulle. Ce qui y est acceptable, les attitudes envers les femmes qui y sont promues, vont avoir un impact sur la façon dont les gens qui l' "utilisent" (se branlent dessus) regardent les femmes dans la vraie vie. Et pourtant en tant que société nous choisissons volontairement de tourner le dos à cette insupportable vérité et on s'en débarrasse, tout doute étant immédiatement remplacé par un orgasme rapide et un changement de chaîne mental.

Il est peut être temps de relier les points.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire